Votre Méthode, 100% Naturelle, Pour Brûler Des Graisses SANS Vous Priver De Vos Plats Préférés Ou Changer Vos Habitudes

  • Activez vos Hormones Bruleuses de Graisses 100% Naturellement
  • Augmentez Metabolisme Et Votre Niveau D'Énergie
  • Oubliez Le Comptage De Calories
  • Oubliez Les Séances De Cardio, Ou Les Salles De Sport


Le blé, un ennemi pour votre corps

Augmentation de la graisse viscérale abdominale, acné, arthrite, reflux acides, désordres alimentaires, comportements addictifs, diabète, maladies cardiaques, vieillissement accéléré, maladies auto-immunes… autant de maux dont on accuse le blé. Que faut-il en penser ?

David Richard
Spécialiste Diplômé en Nutrition Et Diététique

Fondateur – Maigrir Naturellement Le Secret

Auteur – La Formule Brûleuse de Graisses & La Vérité Sur Le Bio : Vérités, Mensonges, Idées Reçues Et Impostures Sur Votre Santé

PS : Suivez-moi sur FACEBOOK et profitez de mes dernières astuces et secrets minceur –> http://www.5alimentsaeviter.com

Si vous avez l’habitude de me lire, vous savez très certainement que je suis toujours en quête de nouvelles informations sur l’alimentation et le fitness. Ces infos que je recueille au gré de mes recherches, j’aime les partager avec vous, amis lecteurs. Je suis convaincu que la vie est faite pour apprendre constamment et ce peu importe les années d’études réalisées par le passé. Nous pouvons toujours accéder à des éléments nouveaux qui nous aideront à améliorer notre santé, mais aussi à augmenter notre qualité de vie.

Voilà pourquoi chaque mois je me plonge dans la lecture de deux ouvrages portant sur la nutrition. Une manière pour moi de poursuivre l’enrichissement de mes connaissances et de ne jamais me contenter de ce que j’ai déjà pu étudier.

Je viens encore de l’expérimenter en lisant le livre d’un cardiologue américain, William Davis, qui prône une diététique alimentaire sans blé. Son livre « Pourquoi le blé nuit à votre santé » est une mine d’informations que je souhaite partager avec vous.

Avant toute chose, sachez que la question du blé et de ses méfaits possibles est un vaste sujet. Il m’est impossible de tout évoquer ici. J’ai sélectionné certains points incontournables pour vous…

Tout un chacun devrait se sentir concerné par le sujet. Quand on observe le régime alimentaire d’une personne, on remarque que blé apporte une très grande part des calories (ce qui est aussi le cas du maïs et du soja qui ne valent guère mieux). Selon les statistiques, une personne mange en moyenne 60 kg de blé par an, en y incluant les bébés. Ce qui revient à dire qu’un adulte affiche une consommation annuelle de blé supérieure à 70 kg.

Ce qui n’est guère surprenant puisque le blé est présent à tous les repas. Au petit-déjeuner, qui n’aime pas manger son bol de céréales, des muffins ou encore une tranche de pain ? Quant au déjeuner, il rime souvent avec sandwich avalé sur le pouce. Dans l’après-midi, c’est au tour des  de viennoiseries et des biscuits de faire office de collation. Toujours du blé ! Au dîner, on retrouve le pain qui accompagne le repas. Sans oublier la part de gâteau ou de fondant au chocolat pour le dessert. Bref, la journée typique de monsieur tout le monde illustre bien que la plupart des gens ne peuvent pas vivre sans manger du blé.

Assez régulièrement, dans mes newsletters, je vous fais part de ma position concernant le blé (et des céréales en générale) : je ne suis résolument pas favorable au fait que ce type de féculent constitue une trop grande partie de notre alimentation. Et ce même si certains continuent de nous dire le contraire…

Je vous ai déjà expliqué les effets négatifs que peuvent avoir certaines céréales sur l’absorption des nutriments (notamment les minéraux) par notre organisme. En consommant des céréales à tous les repas, vous engendrez des carences.

J’ai également déjà évoqué des effets négatifs qui peuvent être induits par le gluten. Et cela ne concerne pas uniquement les personnes souffrant de la maladie cœliaque. En effet, une grande partie de la population peut se retrouver avec une inflammation intestinale chronique en consomment trop de gluten. Je ne vous parle même pas des effets négatifs que peuvent avoir certaines céréales sur votre glycémie et votre métabolisme. De quoi rendre très compliqué la maitrise du poids, et cela même si on est un très grand sportif.

Grâce à mes différentes recherches et lectures, j’ai pu constater :

– L’avoine et le riz : même s’ils ne représentent guère un idéal, vous pouvez en consommer… si vous êtes du genre très actif.

– Le blé et le maïs : rien de bien sain, et ce quelque soit votre niveau d’activité.

D’une manière générale, le blé et le maïs ont des effets négatifs sur la santé que n’ont pas le riz et l’avoine. J’aborderai cette question bientôt.

Entre les deux, il existe d’autres céréales. Pour faire les bons choix, il vous faudra analyser leurs effets dénutritionnels, leur taux en gluten, ainsi que le maintien de leur code génétique ancestral (à savoir non génétiquement modifiées).

Aujourd’hui, je souhaite donc évoquer la question du blé…

Dans son livre, le médecin américain William Davis conclut en disant que le blé complet est néfaste sur la santé. Pourquoi ? Voici les réponses.

1. Tout d’abord, parce que le blé que nous mangeons aujourd’hui n’a plus rien à voir avec le blé de nos ancêtres. Il a été modifié…

Dans ce livre, on découvre l’histoire du blé dans l’alimentation humaine. Une apparition dans nos assiettes qui date d’à peine 10 000 ans. C’est seulement au cours de ces 50 dernières années,  que le blé a été modifié. Ce qui explique que cette céréale est différente biochimiquement de celle nos grands-parents. Cette multi hybridation s’explique par une question de rendement. Produire toujours plus… mais aussi modifier le goût et la texture.

Mais comme le dit l’auteur : « De petits changements dans la structure des protéines de blé peuvent faire la différence entre une réponse dévastatrice de la réponse immunitaire de la protéine de blé par rapport à aucune réponse immunitaire du tout ».

Que faut-il retenir de tout cela ? Tout simplement que le blé actuel est totalement modifié avec des facteurs dénutritionnels et un gluten modifié.

Ce sont les grandes industries de l’agroalimentaire qui  se sont attachées à hybrider lourdement le blé depuis les années 60. Tout cela pour « améliorer » notamment le rendement des cultures et la panification (une pâte qui demande moins de temps pour lever, cuire, avec plus de moelleux…). En faisant cela, ils ne se sont posés la question de l’impact sur la santé humaine que cette modification de structure biochimique du blé pouvait avoir. Même si ces différences génétiques peuvent sembler petites, l’effet lui peut être conséquent sur la manière dont nos intestins vont gérer cette nouveauté.

Le Docteur Davis l’explique : « Les protéines du gluten de blé, subissent un changement structurel avec l’hybridation. Dans une expérience d’hybridation, 14 nouvelles protéines de gluten ont été identifiées dans la progéniture qui n’étaient pas présentes dans le plant de blé-mère ». Autrement dit, le système digestif humain n’est pas adapté à digérer ces nouvelles protéines de gluten présentes dans le blé moderne.

Voilà pourquoi depuis les années 60 on voit multiplier par quatre les cas de maladie cœliaque (maladie auto-immune caractérisée par intolérance au gluten). Selon l’auteur, ce serait également la raison pour laquelle les chiffres des personnes souffrant de sensibilité au gluten ne cessent de se multiplier.

En conclusion, même si vous n’êtes pas cœliaque ni sensible au gluten, mieux vaut éviter d’en manger au quotidien. En effet, en  consommant régulièrement du blé (ou autres céréales riches en gluten) vous risquez de provoquer une inflammation chronique de l’intestin ainsi que d’autres dommages à votre système digestif sur le long terme, sans parler des maladies auto-immunes. Sachez enfin qu’une inflammation chronique des intestins peut engendrer avec le temps un cancer.

2. Parce le blé a un effet addictif

Le blé peut conduire à l’addiction… et cela en raison de ses exorphines, des composés qui provoquent les mêmes effets que des opiacés dans votre cerveau. Voilà pourquoi certains ont  si difficile à dire non à leur baguette, leur céréales, leurs pizza ou encore leurs petits gâteaux.

De ma propre expérience, je me souviens que lorsque je mangeais des spaghettis, je ne pouvais pas résister à me resservir deux, voire trois fois de suite… alors que je n’avais plus du tout faim. Plusieurs heures après ce genre de repas, j’avais toujours envie de remanger, souvent des glucides. En revanche, si je mangeais de la viande, des légumes ou de la salade, mais surtout pas de pâtes, je ne cherchais pas à me resservir. Mon assiette me suffisait, je n’étais pas en manque et surtout je n’avais aucune fringale pour des sucreries dans les heures qui suivaient.

3. Parce que le blé donne envie de manger plus…

Cela s’explique sans doute par le côté addictif des aliments à base de blé. Le blé provoque un désir pour les aliments riches en glucide.  Selon certaines études, les consommateurs de blé ont des apports caloriques plus importants que ceux qui ont adopté un régime sans gluten. Leur apport calorique serait 14% plus élevé. L’explication du cardiologue viendrait de l’absence d’exorphines « une réduction du cycle insulinique du glucose qui déclenche la faim, ou d’autres facteurs, mais l’élimination du blé réduit l’apport calorique quotidien de 350 à 400 calories – sans autres restrictions sur les calories, lipides, glucides, ou la taille des portions ».

Bref, pour contrôler votre apport en calories, la solution la plus évidente et la plus facile à appliquer est d’éviter le gluten. Dites non aux céréales (blé, orge, épeautre), aux pains, aux muffins, aux biscuits ou encore aux pâtes. Si cela vous semble impossible, autorisez-vous un jour d’écart avec gluten. Mais pas plus.

5. Parce que le blé fait monter votre taux de sucre dans le sang, bien plus que le sucre blanc.

« Manger deux tranches de pain complet n’est guère différent, voire souvent pire que de boire une canette de soda sucrée ou  manger une barre chocolatée » affirme William Davis. Pour ce dernier, l’explication vient de l’amylopectine A présente uniquement dans le blé et non dans d’autres sources de glucide. Ce glucide augmente notre glycémie à un taux plus élevé que la plupart des autres sources de glucides (simples ou complexes).

Notre organisme digère très vite l’amylopectine A, ce type de glucide complexe. Ce qui affecte fortement la glycémie dans notre sang. Selon certaines études américaines, le pain (riche en gluten) augmenterait d’avantage la glycémie que le sucre blanc raffiné.

Vous pensez que le pain blanc est le seul à être en cause. Une erreur. Pour le médecin, la nature complète ou raffinée du blé ne change rien au problème.  « En fait, le degré de transformation, du point de vue de la glycémie, ne faite guère de différence : le blé reste le blé, simple ou complexe, riche ou pauvre en fibres, traité ou non traité… il engendre de façon similaire une forte glycémie ».

6. Parce que la surconsommation de blé engendre de la graisse viscérale dans l’abdomen.

La graisse viscérale présente dans l’abdomen peut avoir différentes causes. Sans accuser le blé d’être le seul responsable, le cardiologue William Davis est convaincu que le blé contribue fortement à l’apparition de cette graisse viscérale.

Il explique cela par une suite d’éléments déclencheurs : le sucre engendre l’augmentation taux d’insuline,  suivi très vite d’un coup de barre qui appelle à une consommation automatique d’aliments sucrés. De quoi  augmenter les calories mais aussi engendrer une inflammation du système digestif. De quoi faire monter les risques de développer la graisse viscérale dans l’abdomen.

Or vous le savez sans doute, cette graisse viscérale est très dangereuse pour votre santé. En effet, une fois accumulée dans votre intestin et autour de vos organes, elle libère des molécules inflammatoires dans votre système. Le blé a les mêmes effets que ces aliments aux calories vides, dénués d’intérêt nutritionnel, qui peuvent augmenter la graisse viscérale. Les propos de Davis sur ce sujet sont vraiment passionnants.

Son message est limpide : dites non au blé (excepté notre fameux jour de triche par semaine), et votre ventre perdra plus rapidement sa graisse.

7. Parce que le blé pourrait être à l’origine du syndrome de l’intestin irritable (SII) et du reflux acide.

Il semble que les personnes qui souffrent du syndrome de l’intestin irritable ainsi que de reflux gastrique voient leur état s’améliorer quand ils éliminent le blé de leur alimentation. Aucune étude pour l’instant n’a permis de quantifier cet effet.

Si vous avez du SII ou des reflux acides, il pourrait être positif pour vous d’éliminer le gluten de votre alimentation durant au moins 3 semaines. Vous pourriez ainsi juger des effets bénéfiques ou non de cette éviction. Par la même occasion, vous y perdriez également un peu de graisse corporelle. Quoiqu’il en soit, ce régime sans gluten ne pourra pas être préjudiciable pour votre santé. Le blé n’a rien de vital pour notre organisme.

8. Parce que manger du blé accélère le vieillissement.

Consommer en excès des produits à base de blé (raffiné ou complet) comme le pain, les muffins, les céréales, les pâtes et les biscuits, augmente les  produits de Glycation Avancée (AGE).

On sait que le sucre blanc (et aussi le sirop de maïs) accélère le vieillissement de nos cellules. C’est aussi le cas du blé, en raison de la présence de l’amylopectine A. Cet amidon  provoque une digestion très rapide appelé qui fait monter très vite la glycémie, bien plus rapidement encore que le sucre blanc ! C’est cet effet négatif sur la glycémie qui  engendre une augmentation des AGE qui vont pour leur part participer au vieillissement prématuré de votre organisme mais aussi aux rides.

Découvrez également :

>> 5 astuces pour paraître et se sentir 10 ans plus jeune

9. Parce que l’excès de blé peut causer des problèmes cutanés comme l’acné.

Selon certains chiffres, près de 95% des jeunes de 16-18 ans souffrent d’acné dans nos cultures occidentales. Quant aux plus de  25 ans, ils seraient  50% à connaître des épisodes intermittents d’acné.

Selon le médecin américain, l’acné n’aurait pas une cause génétique. En revanche, il s’expliquerait exclusivement par une cause alimentaire. Il remarque que dans les cultures qui ont gardé leur régime ancestral de chasseurs-cueilleurs mais aussi celles qui ne consomment ni céréales ni sucre, n’ont aucun problème d’acné.

Comment expliquer que presque tous les jeunes Américains souffrent d’acné tandis que d’autres cultures non ? L’auteur note ainsi que : « Les Islanders Kitavan (Papouasie Nouvelle Guinée), les Ache (Paraguay), les indigènes de la vallée de Purus (Brésil), les Bantous Africains, les Zoulous, les habitants d’Okinawa (Japon) et les Inuits (Canada) sont curieusement épargnés par la nuisance et l’embarras de l’acné ».

Quelques études se sont penchées sur la question. Elles tendent à montrer que ces civilisations voient apparaître les problèmes d’acné dès l’instant où elles se mettent à s’alimenter à ma manière de nos sociétés occidentale et introduisent le blé, le sucre et d’autres aliments transformés.

10. Parce que manger du blé fait augmenter les risques de maladie cardiaque.

Une consommation régulière de gluten augmente les risques de maladie cardiaque. Une fois de plus, c’est dû à l’augmentation très rapide du glucose dans le sang…

Le médecin auteur du livre explique en effet : « les aliments qui augmente le plus le glucose (… ) se traduisent à la fois dans de plus grandes quantités de LDL et l’augmentation de la glycation avec les petits LDL. Les maladies du cœur et les AVC ne sont donc pas seulement en rapport avec un taux de cholestérol élevé. Elles sont également causées par l’oxydation, la glycation et l’inflammation de petites particules de LDL. » En conclusion, tout ces effets néfastes sont bel et bien causés par les glucides présents dans le blé.

Vous voulez en savoir plus, lisez ceci :

>> Pourquoi le blé nuit à votre santé

11. Parce qu’en mangeant du blé, vous acidifiez votre organisme.

Le niveau de pH de votre organisme doit être maintenu aux environs de 7,4. Votre corps est réglé pour le maintenir à ce niveau précis. Avec votre alimentation, vous allez lui donner des  composés acidifiants ou alcalins. On sait que notre alimentation naturelle, celle du chasseur-cueilleur, est équilibrée. Le côté acide de la viande est neutralisé par le côté alcalin des végétaux (fruits, noix et légumes).

Le problème avec le blé, c’est que vous acidifiez votre organisme acide. Votre équilibre acido-basique se retrouve perturbé par un excès d’acidité. Ce qui va engendrer des effets de dénutrition de votre organisme. En effet, si vous consommez trop de composés acidifiants (par exemples, des boissons sucrées, céréales, sucre blanc), votre corps va devoir aller puiser dans vos minéraux (notamment calcium) pour réguler le pH dans votre corps. Ce qui entrainera à coup sûr des faiblesses dans votre ossatures, voire de l’ostéoporose.

On sait que les céréales riches en gluten comme le blé apportent 38% de la charge acide chez une personne moyenne. Notre régime alimentaire actuel est très riche en céréales (même complètes), et pauvres en fruits et légumes est très acidifiante. Ce qui conduit à l’acidose qui va jouer un rôle négatif sur la santé des os.

Une étude réalisée au Canada montre que l’ingestion de gluten provoque une augmentation de plus de 60 % de la perte de calcium dans les urines, ainsi qu’une augmentation des marqueurs portant sur l’affaiblissement des os.

Conclusion ? Même si vous ne souffrez pas sensibilité au gluten ni de maladie de cœliaque, vous avez tout intérêt à réduire, voire éliminer le blé et les autres céréales riches en gluten de votre assiette.

12. Parce que le blé peut engendrer une dégénérescence des articulations et l’arthrite.

Consommer trop de blé peut avoir également des répercussions négatives sur vos articulations. En mangeant du pain (gluten), vous augmentez votre glycémie et la glycation. Cette réaction entre un sucre et une protéine génère les fameux AGE qui vont s’agglutiner dans notre corps, et entrainer une modification irréversible des protéines dans le sang, dans les tissus du corps et les articulations (genoux, hanches, mains).

Il est important de noter que le glycation agit sur le cartilage des articulations. Il va les rendre fragiles, inflexibles. Les cellules de cartilage, même si elles ont une très longue durée de vie, sont en revanche incapables de se renouveler. Le glycation provoquera à force des inflammations, des douleurs, de la destruction… tous ces méfaits liés à l’arthrite.

Une nouvelle fois, la conclusion est simple : pour des articulations saines durant toute votre vie, réduisez considérablement votre consommation de blé, ou éliminez-le tout simplement. En agissant ainsi, vous contribuerez à protéger vos articulations et éviterez leur vieillissement prématuré.

Si vous souffrez déjà d’arthrite, faites l’essai d’un quotidien sans blé durant au moins un mois, et notez si votre état s’améliore.

Après tout, il n’y a aucun danger à faire l’essai… le seul effet secondaire que vous risquerez d’avoir est de perdre quelques centimètres de graisse corporelle.

En conclusion : faut-il éliminer ou réduire notre consommation de blé ? 

Nous avons vu 11 points qui mettent en évidence les effets négatifs du blé et du gluten sur notre santé. Je n’ai pas vu un seul point positif… Il est en effet difficile de mettre en avant les avantages qu’il y aurait à manger du blé.

Je pourrais sans doute vous dire que le blé est intéressant pour les fibres… Mais vous pouvez les trouver dans bien d’autres aliments bien moins nocifs comme les fruits, les noix et les légumes. Voilà des aliments très intéressants nutritionnellement, contrairement au blé.

Le choix vous appartient. Mais si vous vous souciez de votre santé, de votre forme, de votre vitalité et de votre apparence, il est évident que vous éliminerez le blé de votre vie.

Et si vous êtes de ceux pour qui la simple idée de ne plus jamais manger de pains, de pâtes ni de muffins est intolérable, ne baissez pas les bras : réduisez simplement votre apport en blé. Diminuez votre consommation et octroyez-vous une journée d’écart par semaine. Vous pourrez ce jour-là manger vos plats préférés avec gluten au restaurant… Une manière de ne pas vous soumettre à la tentation du blé à la maison. Car chez vous, ce sera zéro produits avec gluten. Ainsi vous ne serez pas tenter durant le reste de la semaine.

Pour vous aider à faire ce choix, rappelez-vous que l’un des effets positifs de l’élimination du gluten et du blé durant 6 jours au moins par semaine est la perte significative de masse graisseuse.

Sans oublier, les autres conséquences positives : prévention de l’acné, diminution des risques de maladie cardiaque, ralentissement du vieillissement, réduction des symptômes de SII et des reflux acide, stabilisation du taux de sucre sanguin, diminution des risques de diabète… et bien d’autres avantages encore.

A titre personnel, j’ai éliminé presque totalement le blé. Ma cuisine en est dépourvue. Une fois par semaine ou durant les vacances, je me fait livrer des plats ou des produits à base de blé.

Pour un corps sain et beau, il est important de refuser ces aliments destructeurs : le sucre, le sirop de maïs, les aliments à base de soja et de maïs transformés, les graisses modifiées, le blé et tout autre aliment appartenant à la malbouffe moderne.

Ne laissez plus vos proches, vos amis dans l’ignorance sur les méfaits du blé. Veillez sur leur bien-être, partagez cet article avec eux.

Autres articles et informations intéressantes :

>> 3 Légumes qui aident à COMBATTRE Les Graisses abdominales

>> Le secret pour paraître et se sentir jusqu’à 10 ans plus jeune